Emmanuel Cottanceau, Docteur Arts et Métiers en génie mécanique

soutenance Emmanuel Conttanceau - Lille - 2018
Témoignage
Recherche

Emmanuel Cottanceau a soutenu sa thèse en Génie Mécanique le 10 Avril 2018 sur le campus Arts et Métiers de Lille. Il revient sur son parcours jusqu’au doctorat.

De l’école d’ingénieur au doctorat

Emmanuel a commencé son parcours par l’école Centrale de Marseille en 2012. Très vite, il se rend compte qu’il souhaite travailler dans la R&D et plus spécifiquement dans l’industrie. Il choisit donc, une fois son diplôme d’ingénieur généraliste en poche, en 2015, de débuter un doctorat.  Emmanuel affirme, « faire une thèse aide beaucoup sur le plan professionnel pour faire de la recherche». Le  jeune docteur précise « lorsque l’on débute une thèse, nous ne sommes plus à l’école, on est surtout au travail. Les doctorants sont en autonomie la plupart du temps et ont l’occasion de se spécialiser dans le domaine qui leur plaît le plus, exactement comme dans le monde du travail ».

 « Simulation numérique du processus d’assemblage de câbles flexibles en grand déplacement »

Lorsque qu’Emmanuel a exprimé le désir d’effectuer une thèse, ses enseignants de l’Ecole Centrale de Marseille l’ont orienté vers Olivier Thomas, enseignant chercheur au Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Physiques et Numériques et directeur de thèse sur le campus Arts et Métiers de Lille. En effet, ce dernier proposait une offre de thèse financée par le groupe Renault, sur la simulation des câbles automobiles flexibles. Avec l’essor de l’électronique embarquée, les câbles électriques constituent une part importante des pièces automobiles tandis que l’espace à bord n’a cessé de diminuer. Leur flexibilité requiert la prédiction de leur déformation durant leur montage afin d’éviter le contact avec d’autres pièces du véhicule et leur endommagement. Les outils actuels ne permettent pas une prédiction assez réaliste et précise de leur comportement, nécessaire dans un volume de travail très restreint. Les étapes de montage sont donc validées via la réalisation de maquettes réelles coûteuses. La thèse d’Emmanuel a donc pour but d’améliorer la simulation numérique de ces pièces souples. Les résultats obtenus apporteront de nouvelles pistes au service R&D du Groupe Renault.

Une forte collaboration avec l’industrie

Durant sa thèse, Emmanuel a pu bénéficier du réseau d’Arts et Métiers. Il a noté un lien fort entre Arts et Métiers et les industries telles que Renault. « Les laboratoires de recherches sont vraiment bien implantés et reconnus sur le territoire ».  Par ailleurs, il souligne la qualité des équipements des laboratoires grâce auxquels il a pu mettre en place un banc d'essai. Ce dernier lui a permis de réaliser des tests expérimentaux dont le but était d’analyser la véracité des résultats numériques obtenus lors de ses recherches.

 

Emmanuel Conttanceau - Lille - 2018
A lire aussi

Ecole doctorale

Une structure dédiée à l’encadrement des doctorants

L’école doctorale 432 « Sciences des métiers de l’ingénieur », dirigée par Fodil Meraghni, occupe une place de premier plan dans le dynamisme de la recherche. Elle intègre depuis 2015 six laboratoires du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers).

Le rôle de l’école doctorale est essentiel. En premier lieu, elle prend en charge l’organisation et le suivi de la formation des doctorants, en lien avec les équipes de recherche qui les accueillent. La priorité est de s’assurer de la qualité du travail des doctorants et de l’encadrement des thèses. Elle a également pour mission de suivre le devenir des docteurs. 

L’école doctorale s’appuie sur 26 unités de recherche, dont 14 sont rattachées à Arts et Métiers.
Cinq grands champs thématiques sont à l’honneur :

  • Mécanique du Solide et Matériaux 
  • Fluides et Énergétique  
  • Conception et Industrialisation
  • Mathématiques, Informatique et Systèmes
  • Ingénierie pour la Santé

Elle compte actuellement quelque 350 doctorants, qui contribuent directement aux problématiques scientifiques et technologiques portées par les unités de recherche. Dans la plupart des cas, ils participent à des travaux de recherche partenariale, en lien avec des entreprises.

Le bureau de l’école doctorale est composé de :

  • Florence Dumard : chargée de gestion du doctorat
  • Claude Roy : chargée des procédures de soutenance

De plus, chaque campus Arts Métiers comprend au moins un responsable scientifique local du doctorat (RSLD) et un correspondant administratif du doctorat (CALD).

Plus d'informations ?

Dernières actualités

Intégrer les besoins des entreprises dans le parcours académique des étudiants c’est chose faite avec le Challenge InnovAM (Innover avec Arts et Métiers).

Actualité, Entreprise, Innovation, Vie étudiante

Le saviez-vous, Arts et Métiers propose de suivre le Programme Grande Ecole en cursus militaire !

Témoignage

Retrouvez les mentions d'Arts et Métiers dans la presse du 6 au 12 décembre.

Actualité