La 3e année en contrat de professionnalisation, une transition vers l’entreprise

Ludwig Zundel en contrat de professionalisation Management de l'Usine du futur
Témoignage

La 3e année en Programme Grande École est une année de transition entre l’école et le monde professionnel. Une réalité particulièrement forte pour les étudiants qui suivent une expertise en contrat de professionnalisation.

Rencontre avec Ludwig Zundel, étudiant en expertise ‘Management de l’Usine du Futur’ (MUF) accompagné de ses tuteurs Laura Rigoni et Marc Friedrich, au sein du service Quality & Products Industry + Packaging à Arcelor Mittal Florange.

Pourquoi avoir choisi une expertise en contrat de professionnalisation ?

Ludwig Zundel : Après 3 ans de prépa et 2 ans à Arts et Métiers à beaucoup m’investir dans la vie étudiante sur le campus d’Angers, une expertise en contrat de professionnalisation me permet d’avoir des activités plus diversifiées en sortant de l’école avec une belle valeur ajoutée, profitant autant à l’entreprise qu’à moi-même.
De plus, je suis payé pendant toute ma dernière année d’études !

Marc Friedrich et Laura Rigoni : Les étudiants Arts et Métiers ont un profil intéressant. Leurs talents et aptitudes bien connus à maîtriser les systèmes productifs apportent une belle complémentarité à nos projets de développement des produits nouveaux.

Ce sont des étudiants de qualité, avec de bonnes connaissances adaptées à nos projets en industrialisation.

Les enseignements dispensés dans l’expertise MUF correspondent bien à ce que nous cherchons, en particulier ceux sur les statistiques industrielles, le traitement des données et la gestion projet. Et nous considérons comme un vrai ‘plus’, l’accès à une Certification CQPM ‘ Chargé de Projets Industriels’ proposé dans cette expertise.

Quelles différences entre un stage de fin d’études (SFE) et un contrat de professionnalisation ?

LZ : Le temps passé en entreprise et la manière de l’envisager. De septembre à janvier, j’alterne entre l’entreprise et l’école par périodes de 2/3 semaines. Lorsque je débuterai ma présence continue début 2020, je connaîtrai déjà l’entreprise, mes partenaires et mon périmètre d’action, et j’aurai déjà bien appréhendé mes Projets de Développement Produits. Un SFE de 6 mois limite forcément le niveau des résultats, en profondeur et volume utile pour l’entreprise.

MF et LR : Nous confions des projets à forts enjeux à nos étudiants en contrat de professionnalisation, nous les considérons comme des collègues pleinement partenaires à nos activités. De par la connaissance de leur environnement et du temps passé, ils produiront des résultats essentiels à nos opérations industrielles, en conséquence nous devons à nos alternants un accompagnement plus soutenu et bien adapté.

Très logiquement, nos étudiants en contrat pro sont des candidats évidents à poursuivre leur carrière dans notre groupe.

Notre service privilégiant l’accueil de collègues ‘junior’ en début de carrière, nous sommes donc très attentifs aux talents manifestés par nos étudiants dans leurs conduites de Projets, et avons toute latitude pour leur assurer une évolution dans notre groupe.

Quels projets sont confiés à Ludwig ?

LZ : À Arcelor, je travaille sur l’industrialisation de nouvelles solutions acier pour répondre à la demande des marchés finaux. Toutes nos activités sont pilotées en mode Projet, et combinent des essais industriels à des analyses de données process et produit. Mes interventions en usine sont très concrètes, avec des préparations communes avec les équipes de production. Les essais sont à fort contenu technologique, et se font sur des équipements complexes et puissants : laminoirs à froid, recuits continus et base, lignes de revêtement métalliques et organiques.

MF et LR : L’exigence méthode de nos projets est élevée, sous certification AFNOR, ce cadre permettra à Ludwig d’obtenir facilement sa certification CQPM ‘Chargé de Projets Industriels’ délivrée par l'UIMM. Nos projets comportent toujours de fortes activités process et technologiques, et c’est là où nous attendons beaucoup de nos talentueux ‘Gadzarts’. La finalité restant la mise en place de solutions matériaux innovantes et performantes sur nos marchés.

Comment sont encadrés les étudiants ?

En entreprise, Marc et Laura ont vraiment fait attention à me confier des missions en lien avec mon profil et mes cours.

MF et LR : Nous sommes soucieux de nous adapter aux étudiants pour les encadrer au mieux. La priorité restant la conduite réussie de projets, il existe de nombreuses possibilités d’approfondissement technique : méthodes d’essai normalisés, technologies de production et contrôles non destructifs en ligne, optimisations métallurgiques, statistiques industrielles et capabilités de nos productions. De même, nous nous adaptons à leurs talents et nous préparons nos étudiants à assumer progressivement des responsabilités de plus en plus importantes.

Aussi, nous avons 3 ou 4 rencontres par an avec les tuteurs académiques. Ce qui permet de faire le point sur le projet et ce qui est attendu de l’étudiant des deux côtés et de détecter des éventuels blocages.

En résumé, quel intérêt d’intégrer l’expertise MUF ?

LZ : Se voir confier des projets intéressants et ambitieux en entreprise et profiter de cours en mode projet pour basculer sereinement vers le monde du travail.

MF et LR : Intégrer une entreprise pendant un an pour découvrir ses possibilités de carrière et y être embauché directement à la fin de ses études.

 

Dernières actualités

Le prix Alban Tixier, décerné par la Fondation Arts et Métiers, récompense des projets d’Expertise menés en partenariat avec des entreprises.

Actualité, Entreprise

Le Programme Ingénieur de Spécialité, réalisé en alternance, se base sur un lien étroit entre un étudiant, une entreprise et Arts et Métiers.

Actualité, Témoignage

La Journée Portes Ouvertes Arts et Métiers aura lieu le 28 novembre en 100% virtuel, de 10h à 17h ! 

Actualité