Programme Grande Ecole en cursus militaire : kezako ?

Témoignage Maxime élève militaire ingénieur Arts et Métiers Angers
Témoignage

Le saviez-vous, Arts et Métiers propose de suivre le Programme Grande Ecole en cursus militaire ! Une formation dispensée sur le campus d’Angers. Rencontre avec Maxime K. en 3e année qui nous fait part de son expérience riche entre parcours militaire et parcours académique !

Pourquoi avoir choisi le cursus militaire ?

Maxime élève ingénieur militaire Arts et Métiers AngersAprès une prépa PT, Maxime a découvert le Programme Grande Ecole en cursus militaire au même moment que les attentats du Bataclan, une révélation pour lui ! Maxime décide de sauter le pas et de s’inscrire à Arts et Métiers pour suivre le cursus "Ingénieur Militaire de l'Infrastructure (IMI)". Une belle opportunité pour lui.

Suivre ce cursus permet de bénéficier d’un emploi dès le début de la formation, d’une rémunération et d'accéder à de nombreuses opportunités de carrière tout en profitant d’un solide bagage académique et technique.

Comment se passe concrètement la 1re année militaire ?

Pour sa première année militaire, Maxime rejoint l’Armée de Terre pour y suivre, pendant 2 mois, une formation d’officier aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Il y apprend les rudiments du combattant et du commandement, les savoir-être du comportement militaire et développe sa culture de défense, connaissances indispensables pour pouvoir servir comme officier au sein d’une unité opérationnelle

Il rejoint ensuite le 3e Régiment d’Artillerie de Marine (3e RAMa) à Canjuers dans le Var pour un stage d’immersion de 6 mois : « J’ai eu notamment à encadrer de jeunes engagés volontaires dans ce régiment d’artillerie lors de leur formation générale initiale. Une expérience riche qui m’a permis d’acquérir des compétences organisationnelles et d’encadrement ».

Par la suite, Maxime enchaîne les missions. Stage d’initiation commando de 3 semaines dans les Pyrénées, auquel il participe à la tête de la section de 30 soldats qu’il encadre ; raid d’artillerie comme adjoint de chef de section. « Nous nous sommes fait déposer par hélicoptères avec du matériel d’artillerie sur des positions stratégiques. C’était une expérience très riche qui m’a permis de me confronter au réel » explique-t-il.
Enfin, il effectue sa dernière mission au sein du Centre d’Entraînement au Combat en Zone Urbaine (CENZUB) à Sissonne. Objectif : s’entraîner au combat interarmes (coordination artillerie, infanterie, appuis aériens…) dans le cadre de la préparation opérationnelle d’une unité avant son déploiement sur un théâtre d’opération extérieur.
Par ailleurs, Maxime a obtenu son brevet militaire de parachutiste au cours d’un stage de 2 semaines à l’Ecole des Troupes AéroPortées (ETAP) à Pau. Un brevet de ce type requiert un vrai dépassement de soi.

Après une vie en immersion complète au sein d'une unité militaire, Maxime retrouve à la fin de cette première année ses 11 autres camarades de promotion IMI avec lesquels il enchaîne des stages d’aguerrissement et de cohésion (stage d’aguerrissement commando à Penthièvre en Bretagne, stage d’aguerrissement montagne à Modane dans les Alpes), activités qui riment avec dépassement de soi !

Cette première année m’a permis de développer mes capacités physiques, intellectuelles, de commandement, de découvrir les armées et le métier d’officier. Elle nous amène à sortir de notre zone de confort et à nous dépasser pour aller au-delà de nos limites

Et après cette 1re année, la suite ?

Les officiers élèves IMI rejoignent les élèves civils en 1re année du Programme Grande Ecole. « Nous avons déjà eu une année riche avec des expériences en milieu professionnel et avec une mise en responsabilité. Il faut vite reprendre le rythme académique pour suivre le niveau exigé et pour atteindre notre objectif : valider notre diplôme d’ingénieur Arts et Métiers ». Comme pour les autres étudiants, les IMI doivent réaliser un stage exécutant au sein d'une entreprise privée en 1re année (du secteur du BTP pour les élèves IMI). Stage réalisé pour Maxime comme mécanicien sur le téléphérique de l'Aiguille du MidiPour sa mobilité internationale, Maxime a passé deux mois au Népal pour effectuer une mission humanitaire de reconstruction d’école. Enfin, Maxime va effectuer son stage de fin d'études de 24 semaines comme Ingénieur travaux au sein d’un bureau de maîtrise d'œuvre construisant des remontées mécaniques.

Bien entendu, les élèves IMI participent à toutes les activités du campus : « Pour ce qui est du volet associatif, les IMI prennent également part à la vie associative comme les autres élèves et peuvent participer aux activités proposées » explique Maxime. Ce sont eux aussi des Gadz’Arts à part entière !

Une fois le diplôme en poche, quel avenir professionnel ?

Une fois le diplôme d’ingénieur Arts et Métiers obtenu, les jeunes IMI se voient proposer une première affectation au sein du Service d’Infrastructure de la Défense (SID) qu’ils rejoignent avec le grade de lieutenant. Maxime quant à lui souhaite obtenir un poste en maîtrise d’œuvre ou ingénierie de la maintenance immobilière dans sud de la France. Un poste qu’il occupera environ 3 ans avant d’évoluer au sein du SID puisque de nombreuses opportunités sont proposées. Une belle carrière en perspective !

Le cursus militaire, pas à pas

Le cursus IMI s'effectue en 4 années dans le cadre d’un partenariat entre l’Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs de l’infrastructure Militaire (ENSIM), et Arts et Métiers. Les élèves officiers IMI effectuent une première année de formation militaire à l'ENSIM, en partenariat avec l’école polytechnique et avec les principales écoles militaires d’officiers (Saint-Cyr, Ecole de l’Air, Ecole Navale) et les unités opérationnelles des 3 armées (Terre, Air, Marine Nationale). Puis, ils rejoignent ensuite la formation académique du Programme Grande Ecole Arts et Métiers ParisTech sur le campus d’Angers. Les 2 dernières années, ils bénéficient d’une spécialité « Ingénierie et Gestion Durable des Constructions » qui comprend une forte dominante en bâtiment, travaux publics, marchés publics.

Le statut des élèves en cursus militaire

Durant la totalité du cursus, les étudiants sont sous statut militaire. Ils perçoivent une rémunération et bénéficient d’une couverture sociale en contrepartie d’un engagement à servir l’État pendant 6 ans après leur sortie d’école. Une fois diplômés, les IMI deviennent officiers de carrière avec le grade de lieutenant. Ils sont affectés directement au sein du Service d’Infrastructure de la Défense (SID) pour y exercer un premier emploi.
A lire aussi

Cursus militaire

Devenir un professionnel de l’infrastructure militaire

Arts et Métiers est le partenaire académique choisi par le ministère des Armées pour la formation de ses Ingénieurs Militaires de l’Infrastructure (IMI).

Les IMI sont des officiers ingénieurs occupant des postes d’encadrement au sein du Service d’Infrastructure de la Défense (SID), service du ministère des Armées, référent en matière d’infrastructure et d’énergie. Ce service interarmées construit, adapte, entretient et administre l’ensemble des biens du ministère en métropole, outre-mer, à l’étranger, ainsi que sur les théâtres d’opérations.

Une fois le diplôme d’ingénieur Arts et Métiers obtenu, les jeunes officiers-ingénieurs rejoignent leur première affectation avec le grade de lieutenant.

Les métiers exercés relèvent de la maîtrise d’œuvre, de la maintenance ou de la maîtrise d’ouvrage : responsable de projet technique, conducteur d’opérations, expert technique, ingénieur maintenance et gestion technique du patrimoine.

Après une première année consacrée à la formation militaire et d’officier (en partenariat avec l’école Polytechnique, les principales écoles militaires d’officier (Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Ecole de l’Air, Ecole Navale), ainsi qu’avec des unités opérationnelles des Armées (Terre, Air, Marine Nationale), les élèves-officiers rejoignent le campus Arts et Métiers d’Angers pour y suivre pendant trois années le Programme Grande Ecole Arts et Métiers ParisTech.

Les deux dernières années, les élèves IMI suivent un parcours infrastructure, avec une forte dominante en bâtiment, travaux publics, marchés publics. La formation aux Arts et métiers comprend en outre des stages en entreprise, une mobilité à l’international (en entreprise ou au sein d’une organisation humanitaire) et des projets d’expertise dont le contenu est défini par le SID.

Elèves militaires

Nota bene : les étudiants admis dans ce cursus obtiennent le statut militaire dès leur admission et sont rémunérés pendant leurs études. Leur obligation de service est au minimum de 10 ans (dont les quatre années de formation).

Le concours Arts et Métiers - Cursus Ingénieur Militaire de l'Infrastructure

Le recrutement des élèves s’effectue via les concours d’admission (« banque PT » ou « banque concours centrale supélec ») des filières de classe préparatoire PT (physique et technologie) et PSI (physique et sciences de l’ingénieur). Les épreuves, identiques à celles du concours Arts et Métiers, comportent trois obligations supplémentaires : un entretien de motivation devant un jury composé de personnels militaires et civils du SID (30 minutes), une visite médicale et une enquête de sécurité. Téléchargez les documents ci-dessous.

Découvrez le métier d’ingénieur militaire d’infrastructure en vidéo :

Plus d'informations ?

Dernières actualités

Le groupe SEGULA Technologies a signé une convention de partenariat avec Arts et Métiers pour une durée de 3 ans (2019-2021).

Actualité, Témoignage, Entreprise

Les élèves-ingénieurs Arts et Métiers réalisent que, aussi bien dans leur cursus universitaire que dans leur vie associative, la maîtrise de la parole et la construction d’une argumentation claire sont e

Actualité, Témoignage

Le contexte énergétique mondial impose une remise en cause des moyens de production d’énergie classiques.

Actualité, Innovation

**Message from Professor Laurent Champaney, President**

Actualité