Sport et bien-être. Des étudiants témoignent

sport thomas célian
Actualité

Une rencontre, un déclic, une blessure ... choisir de pratiquer un sport en compétition est un cheminement très personnel qui demande persévérance, cran et volonté.
Thomas et Célian racontent comment ils s’épanouissent dans une pratique sportive exigeante mais passionnante.

Comment s’est déroulé ton parcours sportif (depuis le choix de ce sport jusqu’à l’obtention de ton niveau actuel)

Thomas : Le choix de l’athlétisme s’est fait de manière assez tardive après plus de 8 ans de basket. J’ai été repéré par un coach qui m’a amené jusqu’aux championnats de France avant d’entrer en classe préparatoire.

Célian : Suite à une lourde fracture du tibia péroné il y a 5 ans, l’option de rééducation la plus efficace était la pratique du VTT. 1 an de remise en forme m’a permis de développer mon goût pour l’enduro (discipline de compétition de vélo tout-terrain) et l’adrénaline. Allier ce sport aux études nécessite une certaine capacité d’organisation afin de ne pas se retrouver submergé par les événements. L’enduro est un sport très chronophage, tant au niveau des entraînements (et trajets vers les spots), que de la mécanique et de la préparation physique.  

Comment Arts et Métiers te permet d’atteindre tes objectifs ?

Thomas : C’est en intégrant les Arts et Métiers que j’ai plu replonger pleinement dans la discipline et cumuler un nouveau record personnel (10 km en 34’48’’). Le campus étant situé proche d’un stade d’athlétisme, j’ai rapidement pris la présidence de l’association d’athlétisme ce qui m’a permis de découvrir une nouvelle facette de mon sport en partageant ma passion. J’ai beaucoup apprécié mettre en place des entraînements pour des élèves de niveaux variés, allant d’une simple remise au sport à la préparation d’un objectif en particulier. M’entrainer parfois seul, a aussi renforcé mon mental ainsi que ma motivation lors des compétitions.

Célian : Le fait d’avoir intégré le cursus Ingénieur de spécialité en alternance me garantit, en terme de revenus, une autonomie dans la vie active et me permet également d’assumer les frais relatifs à ma pratique comme l’achat de différents vélos très haut de gamme (enduro, descente, route), d’équipements corporels et de consommables (pneus, plaquettes de freins…) bien que certains partenaires soient présents pour m’accompagner. Le partage de ma passion sur les réseaux sociaux implique l’investissement dans du matériel multimédia qui s’avère également onéreux.

Que t’apporte la pratique d’un sport à haut niveau ?

Thomas : La volonté, la persévérance, la discipline sont toutes des qualités que j’ai développées grâce à l’athlétisme et que je mets à profit durant mes études. J’ai désormais hâte de mener plus loin ma pratique que je poursuivrai l’année prochaine à l’Imperial College London, avec de nouveaux objectifs sportifs, notamment les championnats universitaires en Angleterre.

Célian : Outre les voyages extraordinaires à la découverte de spots incroyables, l’enduro est un sport nouveau réellement centré sur le partage. Bien que l’esprit de compétition soit très présent, il n’y a rien de plus plaisant que de partager son expérience avec de parfaits inconnus autour d’un feu de bois à la montagne, rien de tel que de prendre l’apéro avec l’enduriste qui était votre principal adversaire sur les pistes une heure avant !

Dernières actualités

Inventé et conçu à la fin des années 1970 par Xenakis, avec et pour les Percussions de Strasbourg, l’ensemble des six sixxens n’existait qu’en un seul exemplaire.

Actualité

Eloïse Minder et Maël Sombret, sont les premiers étudiants du Programme de Master orienté Rech

Actualité, Recherche

Depuis 2 ans, des élèves-ingénieurs du Programme Grande École travaillent à la reconstruction de la mythique voiture Delage V12 Labourdette.

Actualité

A la fin de la 2ème année du Programme Grande École, les élèves de chaque campus peuvent participer au Prix  Mayoux-Dauriac.  A raison  d’un  prix  par campus  Arts  et  Métiers, il distingue l’élève qui, à l’

Actualité